Assurance habitation : Comment bien preparer son courirer de resiliation ?

De nombreuses raisons peuvent pousser une personne à résilier son contrat d’assurance habitation, mais on ne va pas s’attarder là-dessus, ces raisons n’incombent que ces acteurs. Toutefois, afin de s’assurer que sa résiliation puisse prendre effet, il est impératif de la demander sous forme de lettre à son assureur, lui mentionnant votre souhait de résilier, et le motif exact de la décision.

Des notions à savoir dans la résiliation d’assurance

Effectivement, que ce soit pour des raisons de déménagements, de vente ou autres, il n’est pas rare qu’une personne veuille résilier son contrat d’habitation actuel, et en souscrire à une autre. Pour cela, la meilleure manière de procéder reste celle de la première année d’arrivée à échéance de son contrat, à ce moment-là, les frais sont largement réduits. Toutefois, on note qu’en dehors de cette méthode, il existe encore 4 autres manières de procéder à sa résiliation d’assurance. Entre l’usage de la loi Hamon ou Chatel, le choix d’une assurance gratuite, la résiliation sans motif, ou encore le changement de situation.

Néanmoins, le site https://www.assurance-habitation.info/lettre-resiliation-assurance-habitation/ vous en dit long à ce sujet. Pour notre part, on va s’intéresser maintenant à la manière dont la rédaction des lettres se fait.

Comment réussir sa lettre de résiliation d’assurance ?

Il n’est pas rare d’entendre des demandes de résiliation se faire refuser sous prétexte qu’elles ont été mal rédigées, et pour éviter que cela ne vous arrive, il y a certaines astuces que vous devez savoir. Sachant que les assureurs ne voudront pour rien au monde, laisser des abonnés se désabonner sans raison valable. Et que vous décidiez de résilier votre contrat d’assurance habitation pour un changement de situation, un déménagement, ou même avec la loi Chapel, vous devez rédigerdes lettres différentes. Généralement, l’entête de la lettre ne change pas de formats, mais la différence se situe le plus au niveau de l’objet de la lettre.

C’est à ce niveau qu’il soit nécessaire de mentionner le contenu de la lettre, que ce soit pour une résiliation avec ou sans motifs. De nombreux modèles sont aussi facilement disponibles sur le web, de manière à vous éviter de perdre votre sang froid face à une lettre administrative, ce qui arrive souvent à bon nombre de gens. De cette manière, vous pouvez avoir toutes les chances de votre côté, et d’attendre juste la confirmation de votre assureur.

Que faire si c’est l’assureur qui met un terme au contrat ?

Une situation qui n’arrive pas souvent, et qui existe pourtant dans certains cas, l’assureur peut aussi être amené à envoyer une lettre de résiliation de contrat à sa clientèle. Si cette dernière ne règle pas ses cotisations, même après notifications diverses de la part de l’assureur. Toutefois, pour des raisons budgétaires, si l’assuré à subit un bon nombre de sinistres en une année, l’assureur peut aussi finir par désister et résilier le contrat sous 30 jours, en attente d’accusé de réception. Il faut aussi faire attention à ses données, car les assureurs scrutent tous moyens de vous épingler, et la moindre modification ou manipulation de vos données personnelles peut constituer un motif de résiliation effective en seulement 15 jours. Et la manière la plus légale et la plus incontestable, c’est quand le contrat arrive à échéance, et que l’assureur estime qu’il peut se passer de votre cotisation. Dans ce genre de situation, le mieux que vous pouvez faire est de vous mettre à la recherche d’un nouvel assureur, sachant que cela reste tout de même une imposition de la loi.

En suivant ces conseils, face à une lettre de résiliation de contrat, qu’elle vienne ou non de vous, vous devrez maintenant être en mesure de savoir que faire précisément.

Autres sources :