Investir en bourse ou dans l’immobilier : analyse de la rentabilité ?

Lorsque vous décidez d’user de vos fonds, ou d’une somme empruntée pour augmenter votre patrimoine, vous êtes dans une logique d’investissement. En matière d’investissement, il en existe deux types principaux à savoir la bourse et l’immobilier.

L’investissement boursier revient simplement à affecter une somme au marché boursier en vue de la fructifier. L’investissement immobilier d’autre part, consiste à acquérir un bien immobilier, quitte à le revendre ou à le mettre en bail pour en tirer des bénéfices. Question rentabilité, chacun de ces types d’investissement présente des caractéristiques particulières.

Analyse de la rentabilité, en se basant sur le critère de la diversification

Par diversification, il faut entendre la possibilité de limiter le risque lié à votre investissement financier. Autrement dit, en répartissant votre avoir à investir dans différentes sociétés, vous risquez moins en cas de dysfonctionnement du marché concerné. En effet, le marché boursier, par l’intermédiaire des Organismes de Placement Collectif en Valeur Mobilière (OPCVM) comme les SICAV (Société d’Investissement à Capital Variable) et les Trackers (fonds de placement), assure une parfaite diversification de vos fonds. De même, ces organismes ne requièrent de votre part, qu’une infime somme, en guise d’investissement de départ. Par contre, l’investissement immobilier nécessite un investissement de départ assez important. Alors, cette absence de diversification de votre avoir augmente les risques auxquels vous serez confronté lors d’une tendance à la baisse du marché immobilier. De ce point de vue, il est préférable de se tourner vers le marché boursier pour investir.

investissement immobilier et bourse

Le coût de l’investissement : un élément déterminant dans la décision d’investir

Il est primordial, de s’informer sur le coût du type d’investissement avant de s’engager. Ainsi, l’investissement en bourse, exige différents frais notamment les frais de transaction (estimé à 0.5 % du montant d’achat en bourse), les droits de garde annuels (compris en 0.25 % et 0.5 % du montant des titres en portefeuille), des frais de gestion annuels dans l’intervalle de 1 et 3 % pour les OPCVM et de 0.2 et 0.5 % pour les trackers, et pour finir d’éventuels coûts liés aux services de courtier ou de conseiller en bourse. S’agissant de l’investissement immobilier, les coûts d’investissement se déclinent d’abord en frais de notaire et d’agence, respectivement 5 % et 6 % ; ensuite en frais de travaux d’entretien (environ 5 à 11 % des frais de transaction) et enfin en charges de copropriété. Vous constatez donc que les taux liés à l’investissement immobilier vont parfois jusqu’à deux chiffres, comparativement à ceux liés à l’investissement en bourse qui sont d’un chiffre. Par conséquent, l’investissement boursier est plus avantageux que l’investissement immobilier en considérant le facteur coût.

Rentabilité de l’investissement eu égard aux leviers financiers

L’effet de levier est tout simplement la rentabilité que vous obtenez lorsque vous faites recours à l’endettement dans le but d’accroître votre capital. L’analyse de la rentabilité à ce niveau est essentiellement fonction du taux d’intérêt de l’emprunt immobilier. En effet, vous aurez besoin d’un crédit immobilier pour acquérir le bien immobilier ; ce qui requiert une étude minutieuse du taux d’emprunt qu’on vous propose. Si ce taux est élevé, vous ne parviendrez pas à augmenter vos fonds propres au terme d’investissement, et dans ce cas, il vaut mieux recourir à un investissement boursier. Dans le cas contraire, il vous assure un effet de levier favorable à l’accroissement de votre avoir.

La volatilité, la liquidité et la fiscalité

La volatilité de l’investissement en bourse est une réalité, en ce sens que les fluctuations du marché impactent considérablement votre portefeuille de titres, et sont parfois irréversibles. Et cela reste le même pour les options binaires ou le Forex. Si jamais vous comptez vous lancer dans ce type d’investissement nous vous conseillons le site DocteurBinaire. Or, le marché immobilier est relativement plus stable et connait des baisses de l’ordre de 5 à 10 % par an, contre 20 à 30 % parfois pour le marché boursier sur une courte période. Question liquidité, la bourse paraît plus liquide que l’immobilier, puisque vous pouvez renoncer à vos titres boursiers du jour au lendemain, et récupérer votre investissement ; ce qui n’est pas le cas d’un investissement immobilier. Sur le plan fiscal, les plus-values boursières sont plus taxées (29 %), sans oublier les prélèvements sociaux qui sont de l’ordre de 11 %. L’investissement immobilier bénéficie par contre de nombreux avantages fiscaux (exonération sur plus-values en cas de cession du bien immobilier) ce qui le rend plus rentable que l’investissement boursier.